QUAND CÉLINE SE DÉCHAÎNAIT...

" D'habitude les films pro-juifs (ils le sont tous) opèrent, trafiquent, trifouillent l'opinion publique par allusions, suggestions, comparaisons, bafouillages, ils ne nous présentent guère le Juif tel quel, positivement juif, dans son rôle guerrier ou "sozial" La Grande illusion vient brusquer les choses....

Ce film prend date ll fait passer le Juif de son ombre, de son travesti, au premier plan, au plan "sozial" en tant que juif, nettement juif.  La Grande illusion complète admirablement l'exposition juive, la grande Youstricade 37.

Avênement du petit Juif au rôle de messie officiel. Parfaitement millionnaire ce petit Rosenthal... Mais parfaitement "populaire"... Ah ! mais populaire encore bien plus que millionaire ! Il est riche ! Richissime... remarquez ce petit Youtre. Au départ, il a tout contre lui ce petit nabab pour jouer les rôles de rédempteur: dégaine, verdiage, figure.... ll a tout du "puant" .... l'exact produit surconcentré de la classe abominable.... Tout pour être honni, sifflé, pendu recta par le peuple. Parasite absolu, torve produit superjuif, c'est un enfant Stavisky, un cousin Barmat. Il représente intégralement l'adject gibier de réverbére."... 

Au final, le texte ne sera pas réédité. La veuve de Céline et son exécuteur testamentaire refusèrent de remettre en circulation les dérapages plus que gênants du grand écrivain...