CANNES 2013 : JUSTINE TRIET GAGNE "LA BATAILLE DE SOLFÉRINO"

Cannes 2013 : Justine Triet gagne "La Bataille de Solférino"

La foule est filmée comme un grand corps et on retrouve les personnages comme des particules qui le traversent.

Justine Triet : C'est comme une bête, une spirale infernale et anxiogène, on est dehors dans la rue et en même temps enfermé. Et puis c'est l’idée, d'arriver à montrer que l'histoire des personnages est minuscule comparée à ce qui arrive, ce grand écart entre nos vies personnelles et puis tout à coup la puissance des événements. Pas parce qu'ils sont majeurs mais juste parce qu'ils nous dépassent. À dire comme ça, ça paraît con, mais quand on arrive à le faire ressentir, ça devient intéressant. Et puis c’était un luxe énorme d'avoir dix mille figurants et de les utiliser vingt minutes dans un film d'une heure et demie !

Vous étiez très organisés ?

Pour le second tour du 6 mai, nous étions ultra préparés, parce qu’on savait qu’on pouvait très vite être submergés par le nombre de scènes à tourner. Du coup, on a utilisé huit caméras en tout, réparties entre les sièges du PS, de l’UMP et Bastille. On a fait vingt-cinq heures de rushes en une seule journée et une partie de la nuit.

C’était un enfer parce que ça suppose huit chefs opérateurs, la location d’appartements, des tonnes d’autorisations qui sont arrivées au dernier moment. Sans compter qu’il fallait être crédible auprès des militants. Du coup, c’était important d’avoir le logo d’une télé pour que les interventions de Laetitia paraissent authentiques et qu’ils la considèrent comme une vraie journaliste. Il fallait qu’ils y croient. La notion de risque, depuis mon premier film Sur place, fait partie de mon plaisir au tournage. J’adore ça et en même temps j’ai toujours très peur qu’il y ait un accident, un truc qui fasse que tout s’écroule.

 

La Bataille de Solférino, à voir en salles à partir du 18 Septembre.

 

A voir sur Universciné :

d'autres films avec Vincent Macaigne :

- Ce qu'il restera de nous, court-métrage de et avec Vincent Macaigne

- Un Monde sans femmes, de Guillaume Brac

 

d'autres films sélectionnés par l'Acid (Cannes 2012)

- La Vierge, les Coptes et moi, de Namir Abdel Messeeh

- Sharqiya, de Ami Livne

FILMS

Un monde sans femmes
France - 2011 - 56 min - Comédie, Fiction
avec Vincent Macaigne, Laure Calamy, Constance Rousseau, Laurent Papot, Terry Fouache, Geoffrey Boulanger, Marie Picard, Jean-Nicolas Joissains, Francine Boulanger, Christian Boulanger, Eric Hannier

En remettant les clés d'un appartement de location, Sylvain fait la connaissance de deux séduisantes jeunes femmes. L'occasion rêvée de sortir d'une vie solitaire dont les femmes sont désespérément absentes. Très vite, Sylvain se rend indispensable à ses nouvelles…

La Vierge, les Coptes et Moi
Égypte, France - 2011 - 1h31min - Comédie
avec Namir Abdel Messeeh, Siham Abdel Messeeh

Namir part en Egypte, son pays d’origine, faire un film sur les apparitions de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne. Comme le dit sa mère, «il y a des gens qui la voient, il y a des gens qui ne la voient pas. Il y a peut-être un message dans…

La Bataille de Solférino
France - 2012 - 1h34min - Comédie, Fiction
avec Laetitia Dosch, Vincent Macaigne, Arthur Harari, Marc-Antoine Vaugeois, Virgil Vernier

6 mai 2012, deuxième tour des élections présidentielles. Lætitia, journaliste télé, doit couvrir l’événement au cœur de la foule, rue de Solférino. C’est également le jour où Vincent, son ex, débarque, sûr de son droit de visite, pour revoir ses deux petites…